lundi 23 mai 2016

Pays Moso où les femmes n'ont que des amants et pas de mari !




Au pied de l'Himalaya, vit le dernier peuple matriarcal : les Moso.. Cette société déclarée parfaite par l'ONU, est structurée sans père ni mari mais avec les oncles. Les femmes sont au centre de la communauté et c'est elles qui prennent toutes les décisions.
 Que de sagesse :)))))
Les familles sont constituées de fratrie, frères et sœurs de plusieurs générations vivent ensemble et forment la famille, par contre les amoureux vivent chacun dans leur fratrie. Les personnes âgées sont respectées, les jeunes et les enfants protégés et bien nourris. Les enfants vivent dans la fratrie de la mère et sont élevés par toute la fratrie, ce sont les oncles qui ont le rôle du père. 

C'est la mère qui veille au bien être de chacun, quand elle décède c'est sa fille aînée qui prend le relais. Elle est aussi la gardienne du feu et c'est dans sa chambre qu'est construit le poêle de la maison autour duquel la famille se réunit le soir.
Les Moso mènent une vie harmonieuse et heureuse.
Ils ont une morale stricte et codifiée, abandon des vieilles personnes, dispute avec les voisins, vols, crimes, politique du plus fort, sont pratiquement inexistants, c'est un pays de nobles gens.












Chez les Moso il n'y a pas de mariage, pas de mari mais des amants, la sexualité est libre et chacun peut avoir autant d'amants qu'il le veut mais avec discrétion et pudeur. C'est ce qu'ils appellent le mariage ambulant. Ce qui est étonnant , peut-être à cause de cette liberté, les couples restent longtemps ensemble. On pourrait penser que les femmes changent souvent d'amants mais pas du tout.

L'amant escalade le mur et entre par la fenêtre, il repart de la même manière. 







Les enfants sont majeurs à 13 ans , les filles ont leur propre chambre, appelée la chambre des fleurs. Elles deviennent indépendantes. Quand elles atteignent leur maturité sexuelle, elles sont libre de recevoir leur amant.

Chez les Moso, on ne parle pas de sexe et l'inceste est strictement interdit.






















C'est une communauté sexiste où les femmes et hommes ont des droits et devoirs différents. Un sexisme harmonieux. 



Ils sont grands, les femmes ont en moyenne 1m70 et les hommes 1M80.









Des hommes qui vivent chez leurs mères jusqu'à la mort.


Architecture Moso. Vous voyez l'utilité du balcon dont est dotée chaque maison. Construction en bois. 













Toute leur vie tourne autour du lac Lugu. La plupart des habitants ont vue sur le lac.


Ils ont une source chaude où femmes et hommes se baignent mais les chinois ont construit un mur pour les séparer, mur qui a mystérieusement fondu, brique par brique.















Danses pour rencontres amoureuses.





L'hymne national .








Une communauté où règne l'harmonie et le respect de l'autre, en espérant que la mondialisation ne les détruise pas. Ils ne sont plus que 40.000 :(

Et nous, si on essayait de faire comme eux ?

Merci à tous les photographes.



24 commentaires:

  1. C'est magnifique comme ils sont beaux, ont l'air heureux et quelle philosophie de vie! Il n'y a que des femmes pour l'inventer et l'appliquer. Un seul souci: à un certain âge est-ce que le viagra aide aussi à monter au balcon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand une relation est installé, l'amoureux peut rentrer par la porte à condition d'avoir été accepté par la fratrie, néanmoins il doit rentrer dans sa propre fratrie chaque jour et s'occuper des enfants de sa où ses sœurs.

      L'histoire du balcon m'enchante :))))

      Supprimer
  2. Hello
    Je suis même étonnée qu'ils n'aient pas déjà disparu, surtout en chine!!!!
    L'avenir du monde est entre les mains des femmes, parait-il, celles là ont déjà mis en pratique on dirait. J'aimerais bien savoir les origines de ce peuple et son histoire.
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà : https://fr.wikipedia.org/wiki/Naxi

      En Afrique beaucoup de micro crédit ont été accordés à des familles où la femme dirigeait la maison etc......

      Bisous

      Supprimer
    2. Hello
      J'étais allé voir dés que j'ai lu ton article, mais ce que j'aurais voulu savoir c'est comment le gouvernement chinois les a traités et ....tolérés. De l'inédit pour eux!
      Bisous

      Supprimer
    3. Ils ont certainement laissés des plumes avec le gouvernement chinois mais je pense que le statut de minorité ethnique les a sauvés et aussi le fait qu'ils vivent dans une région difficile d’accès.

      Bisous

      Supprimer
  3. Et si nous allions un peu plus loin... A mon avis, il n'y a pas de société idéale, il n'y a que des sociétés qui s'arrangent avec les règles, elles sont plus ou moins strictes selon l'endroit où on se trouve mais surtout, elles n'ont rien à voir avec le folklore...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Moso ont une communauté bien structurée et qui remonte au IIème siècle, cela n'a rien a avoir avec le folklore.C'est vrai que le matriarcat surprend mais les Moso ne sont pas les seuls dans ce cas-là.C'est une communauté joyeuse. Si on pouvait juste avoir le respect de l'autre comme eux l'ont, nous ferions un grand pas vers la paix.

      Supprimer
  4. C'est bien la preuve qu'il existe d'autres modèles familiaux que les nôtres et qu'ils fonctionnent. Je suis frappée par la beauté de ces hommes et de ces femmes.
    Bises et bonne soirée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'ils sont beaux et raffinés. Ils aiment être bien habillés et prennent soin de leur corps. C'est une communauté assez aisée, il n'y a pas d’héritage puisque tout reste dans la fratrie.

      Je t'embrasse et belle soirée à toi aussi.

      Supprimer
  5. Très bonnes photos avec texte intéressant. La vie dans ce pays est tout à fait différent de la société européennes.

    Je vous remercie de votre visite et commentaires sur mon blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Veux-tu que je te dise ? J'ADORE !! Merci ma belle pour ce partage exceptionnel !

      Supprimer
    2. Merci pour votre visite. C'était un plaisir de voir tout ces magnifiques patios.
      C'est un genre de vie qui fait rêver :)

      Supprimer
    3. Ravie que cela te plaise Dzovinar :)
      Je pense que nous sommes nostalgique de cette harmonie et joie de vivre.

      Supprimer
  6. merci pour cette merveilleuse découverte !
    ça fait beaucoup de bien à l'âme...

    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre visite , il est vrai que parfois l'âme a besoin d'être vivifiée :)

      Bonne journée à vous aussi

      Supprimer
  7. Une découverte avec ce RV en pays inconnu!! Je me demande ce que font les hommes (les pères des enfants)?, Ils travaillent pour nourrir la famille matriarcale? C'est une société qui vit en autarcie?? pas de scolarité?? Bizarre mais je vais allez m'y intéresser car ils m'interpelle!! Bisous FAN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils vivent en autarcie mais il y a une scolarité. Les hommes travaillent et les tâches sont bien réparties. Une belle communauté :)

      Bisous.

      Supprimer
  8. Article passionnant ! Merci pour toutes ces informations, ça donne envie d'en savoir encore plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un voyage là-bas ce serait magnifique :)

      Supprimer
  9. J'avais entendu parler d'une ethnie chinoise qui fonctionnait ainsi et c'est peut-être la même. Je ne me rappelle plus. C'est un très ancien mode de vie, hérité d'une époque où seule la filiation féminine était reconnue, car biologiquement sûre: on n'est jamais trop certain de qui est le père, mais pour ce qui est de la mère, c'est incontestable. D'ailleurs, en France au Moyen-Age, l'homme qui avait autorité sur les enfants, c'était l'oncle maternel, en l'absence du père ou parfois, à la place du père. Un héritage de cette époque bénie?
    Bises à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a encore une autre ethnie mais je ne me rappelle plus si c'est en Chine ou ailleurs.
      Chez les juifs c'était aussi la filiation par la mère. En Serbie on dit "Mama sigurno, Tata mozda"

      Bisous :)

      Supprimer