vendredi 15 mars 2019

Changement de décor :)

Changement de décor, je suis à Erdevik . On taille les arbres fruitiers. C'est une souffrance de voir ces arbres amputés mais d'après le spécialiste il fallait le faire.


Un abricotier, très, très vieux, on se demande comment le vent ne l'a pas fait tomber à cause des branches qui le tirait en avant. Ses fruits sont délicieux , pour les enfants du quartier ce sont les meilleurs abricots du village :)




La Fée du logis ne rechigne pas à la tâche quand il s'agit de faire des travaux dans le jardin, en ce qui concerne le nettoyage, je commence a devenir philosophe :) 


Le noyer a perdu quelques branches.


L'abricotier commençait a fleurir. 







Passez un bon week-end :)


samedi 9 mars 2019

Les Très Riches Heures du Duc de Berry !

Tilia m'a remis en mémoire le magnifique manuscrit de " les Très Riches Heures du Duc de Berry" 

https://echos-de-mon-grenier.blogspot.com/2019/02/charles-dorleans-et-la-saint-valentin.html


Résultat de recherche d'images pour "les très riches heures du duc de berry"


Manuscrit exceptionnel, chef d’oeuvre de l’art gothique réalisé au début du XVe siècle par trois frères hollandais :  Paul, Jean et Hermann de Limbourg, l’ouvrage « les Très Riches Heures du Duc de Berry » est un calendrier ponctué de scènes de la vie quotidienne, au Moyen Age où les activités humaines sont structurées par le cycle des saisons. Des images ou des récits témoignent du mode de vie et du travail des communautés paysannes et de l’aristocratie.
Commandé par Jean, duc de Berry, protecteur des Arts en France et fils de Jean II (duc de Bourgogne), l’oeuvre « les Très Riches Heures du Duc de Berry » est aussi un livre des heures, c’est à dire une collection de textes pour chaque heure liturgique de la journée : c’est de là que vient son nom. abcfrancais.com


Résultat de recherche d'images pour "les très riches heures du duc de berry"

Les bleus sont superbes et quelle finesse dans le travail. 

Image associée

Un calendrier qui nous dévoile la vie au Moyen-Age, on voit même des personnes qui prennent un bain dans la rivière !

Résultat de recherche d'images pour "les très riches heures du duc de berry"

La fuite en Egypte, superbe ! 
Aujourd'hui commence le Carême. Courage et admiration pour ceux qui le font :)


Une interprétation tout à fait personnelle :) 
Elle est extraordinaire, quel plaisir de l'écouter.

Passez un bon week-end 





vendredi 1 mars 2019

Buba !

Elle s'appelle Nouba et c'est la chienne de notre cousine. Moi je l'appelle Buba et ça ne la perturbe pas. Notre cousine nous a confié sa chienne une semaine au mois de janvier, elle allait au sports d'hiver puis trois semaines au mois de février, elle allait visiter le Vietnam.
Trois semaines c'est très long, nous avons oublié que Buba n'était pas à nous puis le coup de fil " je viens demain reprendre Nouba, j'espère qu'elle ne vous a pas trop ennuyé".
On voulait lui faire le coup de Karl Lagerfeld qui n'a pas rendu le chat Choupette, qu'il gardait pour un ami parti en vacances.
Nous sommes très tristes, Buba nous manque et je suis certaine qu'on lui manque.
On rêve que la cousine nous donne Buba.
Elle repart en voyage au mois de septembre mais nous serons aussi en voyage, on ne verra pas Buba.
Je ne veux plus de chiens en pension où juste deux, trois jours. La séparation est trop dure.


Elle est mignonne et très gentille.



Grâce à elle j'ai fait de la marche.



Il ne nous reste plus qu'à prendre un chien.

Passez un bon week-end !

Résultat de recherche d'images pour "tulipes jardin de monet"

Tulipes dans le jardin de Monet.





mardi 26 février 2019

Maastricht !

Ce dimanche nous avons été à Maastricht pour le décrochage d'une expo de Boris et Anastasio. Maastricht est à 30 km. de Liège pourtant nous n'y allons jamais. Une belle découverte, ma dernière visite date de vingt ans.
























Maastricht prépare le carnaval, c'est une fête énorme et c'est le week-end prochain.











Le galeriste  aime sa ville, il a voulu nous en montrer un petit bout, et nous voilà parti pour une promenade de presque deux heures. Comme vous le savez je déteste la marche et là on ne flânait pas même qu'on marchait d'un pas soutenu.  Heureusement j'avais des chaussures pour la marche mais j'avais aussi mis mon manteau de fausse fourrure vintage, très beau, un manteau pour le grand froid et non pour une belle journée ensoleillée.  
Nous reviendrons à Maastricht certainement un vendredi c'est le jour du marché , un marché extraordinaire, je m'en souviens, on y allait avec maman, surtout pour les fleurs.

Résultat de recherche d'images pour "maastricht marché aux fleurs"



samedi 23 février 2019

La joie de vivre II


Cette fois-ci c'est une classe de plus petits. Ils ont vraiment bien travaillé, c'est super, on aime beaucoup. C'est toujours surprenant et intéressant de voir comment les enfants se représente le bonheur. La petite fille qui a dessiné ses parents et elle dans un petit bateau jaune c'est trop mignon. En fait à cet âge-là c'est presque toujours les parents et leur animal qui représentent le bonheur.


Un petit garçon : "Le bonheur ? alors je vais dessiner le Titanic qui coule " 

Le premier cours, Boris et Anastasio, pendant la récréation, jouaient au ballon avec les enfants ,deux petites filles les observaient " Ils se refont une jeunesse"
 " Ils ne sont pas aussi vieux que tu le pense" terribles les enfants :)















Nous nous rappelons tous de cette émission animée par Jacques Martin, un vrai bonheur :) 


Dialogue savoureux entre le jeune Tristan et Jacques Martin.


L'enfant de Victor Hugo

Quand l'enfant nous regarde, on sent Dieu nous sonder ; 
Quand il pleure, j'entends le tonnerre gronder, 
Car penser c'est entendre, et le visionnaire 
Est souvent averti par un vague tonnerre. 
Quand ce petit être, humble et pliant les genoux, 
Attache doucement sa prunelle sur nous, 
Je ne sais pas pourquoi je tremble ; quand cette âme, 
Qui n'est pas homme encore et n'est pas encor femme, 
En qui rien ne s'admire et rien ne se repent, 
Sans sexe, sans passé derrière elle rampant, 
Verse, à travers les cils de sa rose paupière, 
Sa clarté, dans laquelle on sent de la prière, 
Sur nous les combattants, les vaincus, les vainqueurs ; 
Quand cet arrivant semble interroger nos coeurs, 
Quand cet ignorant, plein d'un jour que rien n'efface, 
A l'air de regarder notre science en face, 
Et jette, dans cette ombre où passe Adam banni, 
On ne sait quel rayon de rêve et d'infini, 
Ses blonds cheveux lui font au front une auréole. 
Comme on sent qu'il était hier l'esprit qui vole !
Comme on sent manquer l'aile à ce petit pied blanc ! 
Oh ! comme c'est débile et frêle et chancelant 
Comme on devine, aux cris de cette bouche, un songe 
De paradis qui jusqu'en enfer se prolonge 
Et que le doux enfant ne veut pas voir finir ! 
L'homme, ayant un passé, craint pour cet avenir. 
Que la vie apparaît fatale ! Comme on pense 
A tant de peine avec si peu de récompense ! 
Oh ! comme on s'attendrit sur ce nouveau venu ! 
Lui cependant, qu'est-il, ô vivants ? l'inconnu. 
Qu'a-t-il en lui ? l'énigme. Et que porte-t-il ? l'âme. 
Il vit à peine ; il est si chétif qu'il réclame 
Du brin d'herbe ondoyant aux vents un point d'appui. 
Parfois, lorsqu'il se tait, on le croit presque enfui, 
Car on a peur que tout ici-bas ne le blesse. 
Lui, que fait-il ? Il rit. Fait d'ombre et de faiblesse 
Et de tout ce qui tremble, il ne craint rien. Il est 
Parmi nous le seul être encor vierge et complet ; 
L'ange devient enfant lorsqu'il se rapetisse. 
Si toute pureté contient toute justice, 
On ne rencontre plus l'enfant sans quelque effroi ; 
On sent qu'on est devant un plus juste que soi ; 
C'est l'atome, le nain souriant, le pygmée ; 
Et, quand il passe, honneur, gloire, éclat, renommée, 
Méditent ; on se dit tout bas : Si je priais ? 
On rêve ; et les plus grands sont les plus inquiets ; 
Sa haute exception dans notre obscure sphère, 
C'est que, n'ayant rien fait, lui seul n'a pu mal faire ; 
Le monde est un mystère inondé de clarté, 
L'enfant est sous l'énigme adorable abrité ;
Toutes les vérités couronnent condensées 
Ce doux front qui n'a pas encore de pensées ; 
On comprend que l'enfant, ange de nos douleurs, 
Si petit ici-bas, doit être grand ailleurs. 
Il se traîne, il trébuche ; il n'a dans l'attitude, 
Dans la voix, dans le geste aucune certitude ; 
Un souffle à qui la fleur résiste fait ployer 
Cet être à qui fait peur le grillon du foyer ; 
L'oeil hésite pendant que la lèvre bégaie ; 
Dans ce naïf regard que l'ignorance égaie, 
L'étonnement avec la grâce se confond, 
Et l'immense lueur étoilée est au fond.

On dirait, tant l'enfance a le reflet du temple, 
Que la lumière, chose étrange, nous contemple ; 
Toute la profondeur du ciel est dans cet oeil. 
Dans cette pureté sans trouble et sans orgueil 
Se révèle on ne sait quelle auguste présence ; 
Et la vertu ne craint qu'un juge : l'innocence.
 
Je vous souhaite un bon week-end :)









mardi 19 février 2019

Moelleux au chocolat.



Moelleux au chocolat.

Un moelleux au chocolat qui est loin d'être moelleux. Impossible de réussir ce gâteau,  si vous avez une recette de ce gâteau que tout le monde dévore, vous me ferez plaisir :)






Par contre les biscuits bretons sont délicieux.

200gr. de beurre mou + 120gr.de sucre + 3jaunes d'oeuf,  bien mélanger et incorporer 
370gr. de farine petit à petit + 1 pincée de sel.
Film alimentaire et frigo pendant deux heures.
Étendre au rouleau et couper des ronds où autres, de 0,5 cm.
Badigeonner les biscuits avec un jaune d’œuf (facultatif)
Four 160°, pendant 10min.





Un coulis d'oranges, qui a subi une attaque :)




Biscuit breton et le coulis d'oranges, un délice :)