mardi 14 juillet 2015

L'avion !





On l'appelle "l'avion". A l'intérieur se trouvent 25 femmes, couchées sur le ventre  qui cueillent les petits cornichons et oignons.
Un travail très pénible et douloureux, les seins sont écrasés et la cage thoracique compressée.
La dessous, elles chantent, se racontent des blagues, s'encouragent pour oublier la dureté du travail. Comment ont-elles supporté la canicule ? 

Elles n'ont pas le choix, elles travaillent et ne se plaignent pas, elles sont même soulagées d'avoir du travail.

Je voulais en faire un reportage photo, pour la journée de la femme en Belgique mais elles n'ont pas accepté d' être photographiées.

Je me demande si les petits cornichons au vinaigre, je vais toujours les aimer autant  ?






10 commentaires:

  1. Ils faut beaucoup de courage pour les travaux des champs, surtout lorsqu'ils sont à visage inhumain comme ici. Je pense qu'il faut se poser de questions à chaque fois que l'on consomme tous ces produits industrialisés. Ils y a le labeur de femmes et d'hommes qui n'ont pas d'autres choix.
    Et c'est très bien de ta part, de nous montrer ce côté là.
    Gros bisous Nadezda.
    Belle fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mireille. Pour moi la Yougoslavie c'était les vacances mais là je découvre le revers de la médaille.
      Ici les femmes font des travaux extrêmement pénibles, des travaux d'homme. La culture du tabac c'est aussi quelque chose de très dur.

      Je t'embrasse et te souhaite une belle soirée :)

      Supprimer
  2. Hello
    Le travail de la terre a toujours été pénible, mais évidemment, les machines ont souvent remplacé les hommes et les femmes pour certaines cultures, pas toutes! Et du coup, certains pays se sont spécialisés dans ces cultures mécanisées, laissant de coté les cultures plus pénibles ou demandant plus de main d'oeuvre. Et quels pays en ont hérité pour survivre?????
    Tu as deux solutions pour tes cornichons: Soit tu en cultives toi-même dans ton jardin, soit tu continues de leur acheter pour que ces femmes courageuses aient encore du travail !!!!
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les tonnes de cornichons/ oignons récoltés sont pour l'Allemagne. Ici chaque famille a son potager et n'a pas besoin de ces cornichons. Moi-même j'ai trop de légumes pour nous trois.

      Gros bisous :)))

      Supprimer
    2. Tiens tiens, L'Allemagne? Cele qui se moque des pays pauvres mais qui est bien contente d'exploiter leurs ressources à moindre frais????
      Bisous

      Supprimer
    3. Ils ne se gênent pas, il n'y a pas que les cornichons. Un salaire de misère que les pauvres gens sont obligés d’accepter.

      Bisous !

      Supprimer
  3. Terrible réalité que le travail de ces femmes.
    J'ai connu le travail en plein champ, dans une autre vie. J'effectuais des greffes de rosier. Neuf heure par jour. ça te cassait les reins et quand on n'allait pas assez vite, on se faisait engueuler !

    Allez, malgré tout, je te souhaite un très bel été. Bises de Bretagne.

    Roger

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'imaginais pas que ça existait en Europe.
      Des greffes de rosiers pendant neuf heures ça devait aussi être très pénible, j'ai eu la chance de ne pas connaître les travaux des champs.

      L'été s'annonce chaud, heureusement la maison est ancienne avec d'énormes murs qui nous donnent de la fraîcheur.

      Bisous d'Erdevik !


      Supprimer
  4. Moi non plus pas vraiment connu les travaux des champs. Mais des séjours au pair en Suisse dans diverses familles, pendant les vacances, pendant aussi que les camardes d'école allaient à la mer ou à la montagne, Ca forge le caractère.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu la même chose pour moi :)

      Supprimer